Chères lectrices, chers lecteurs,

Merci de votre patience. La nouvelle structure du site est enfin terminée. Il reste maintenant à ajouter les ouvrages ; cela devrait prendre encore quelques jours.

Le site se veut plutôt comme une vitrine où vous pourrez à présent laisser des commentaires sur vos lectures, lire les premières pages des ouvrages, ou consulter la table des matières.

Pour vos commandes en ligne, vous devrez vous rendre sur le site de notre partenaire La Bouchure mais bien sûr nous vous encourageons de préférence à commander chez un libraire ou chez l’un de nos dépositaires en Berry pour maintenir nos commerces de proximité.

Cet article a 3 commentaires

  1. Michel Gourdiol

    Bonjour à toute l’équipe
    J’ai terminé Fargette
    Merci Monsieur FERRERE.
    Romans plein d’enseignements
    Je ne manquerais pas de lire vos autres romans.

  2. GIRARD

    Avec le plan de Nicolas De Fer à côté de moi, je relis « Fifrelin Bonenfant » (tome 1). Je m’aperçois que le philosophe Vladimir Jankélévitch est né à l’emplacement de l’ancien « cimetière des pauvres » de Bourges. Jankélévitch est l’auteur de, notamment, « La Mort ». Hasard?

    Cordialement

    G. Girard

    1. Sébastien

      B‌onjour
      J’ignorais que Jankélévitch était né sur l’emplacement d’un ancien cimetière des pauvres. Mais c’était 700 ans après Fifrelin, et 200 ans après le plan de Nicolas de Fer.
      Au moyen-Âge, les cimetières, surtout ceux des pauvres, changeaient sans cesse d’emplacement. Dès qu’ils étaient pleins, on les changeait de place pour en ouvrir de nouveaux, parce qu’ils contenaient les corps de gens sans importance, ce qui explique que, de nos jours, on retrouve des squelettes dès qu’on creuse le sol, partout dans la ville, et surtout dans la basse ville.
      Je connais peu l’œuvre de Jankélévitch, et je n’ai sûrement pas votre érudition. Mes romans ne sont que des romans, visant à éveiller l’intérêt des lecteurs sur cette époque passionnante qu’est le Moyen-Âge.
      Merci de tout cœur, en tous cas, pour l’intérêt que vous portez à mes modestes écrits.
      Jean-Pierre Ferrère.

Répondre à GIRARD Annuler la réponse